🔴 LIVE : Actuellement en direct sur Twitch pour Le Guettapen avec KUNGS !

Top 10 : 10 titres qui ont marqué l’histoire d’Axtone

Axtone est un label qui ne laisse personne indifférent. Connu aussi bien des puristes que des néophytes (mais le plus souvent sans le savoir), le label créé par Axwell en 2005 en Suède, aujourd’hui basé à Londres, est une référence absolue dans l’univers de la house. Axtone, c’est un cercle très fermé d’artistes – beaucoup d’appelés, et finalement peu d’élus – des titres mythiques, un héritage revendiqué et affiché à Daft Punk (d’un point de vue musical mais aussi d’un point de vue visuel, les frenchies ayant accordé beaucoup d’importance à cette autre dimension de la musique). C’est une certaine idée du prestige et, à l’heure on l’on écrit ces lignes, 96 releases…

Aujourd’hui, à l’approche de la 100ème release (la fameuse Axtone 100), nous avons voulu revenir sur les 10 titres (dans l’ordre chronologique), qui, à nos yeux, ont marqué l’histoire du label, de sa création à nos jours. C’est parti !

10. Axwell & Sebastian Ingrosso – Together (2005)

1

Difficile de ne pas parler de l’histoire d’un label sans commencer par le début: 23 mai 2005. C’est à ce moment-là que l’aventure Axtone s’initie. Alors âgé de 27 ans, Axwell release sa toute première track sur le label qu’il vient de créer, en compagnie de son compère de toujours, Sebastian Ingrosso. Groovy à souhait, bassline accrocheuse, vocal mythique : le ton est donné dès le départ avec ce morceau tout bonnement excellent, indémodable et que l’on apprécie encore écouter à l’heure actuelle.

9. Axwell, Sebastian Ingrosso, Steve Angello, Laidback Luke – Leave the World Behind (ft. Deborah Cox) (2009)

2

Petit bond de quelques années dans le temps avec une release qui a marqué aussi bien Axtone que son époque à plus d’un titre. Ce “Miami Monster” comme l’appelait le DJ et animateur de la BBC Radio 1 Pete Tong, a été une véritable révélation pour une génération – notamment pour l’auteur de ces lignes – et a contribué à lancer la croissance de l’EDM qui va littéralement exploser quelques années plus tard. C’est aussi le premier titre non-officiel du trio de la Swedish House Mafia en tant que tel et également le dernier, puisqu’il sera repris par Lune après leur séparation.  À l’heure actuelle, ce titre fait toujours office de référence auprès des fans mais également des DJ superstars. Un monument.

8. TV Rock ft. Rudy – In The Air (Axwell Remix) (2009) 

3

« Turn off your brain and turn on your heart » – Axwell

Ce titre a acquis sans trop de difficultés sa place dans le top 10 de l’histoire d’Axtone. Ce remix d’Axwell sur une production australienne de deux habitués du label à l’époque – on pense notamment à Rudy, qui fait également le vocal des tracks de Dirty South et d’Axwell dans ‘Let It Go’ (2007) ou dans l’incontournable ‘Open Your Heart’ (2008). Entendue pour la première fois dans un mémorable Essential Mix de la Swedish House Mafia en 2010 enregistré lors de leur set à Creamfields, cette track transpire l’été et les vibes house d’Ibiza.

Comme parmi les autres qui figurent dans ce classement, ce son est encore playlisté aujourd’hui et on vibre toujours à l’écoute de cette mélodie qui précède le drop. L’alliance entre cette superbe mélodie, associé à cette bassline et conjugué à ce mythique vocal, le résultat ne peut être qu’extraordinaire. Comme le dit la Swedish House Mafia dans son interview à Pete Tong avant que le set ne débute, « Goosebumps never lie ». C’est ce qui explique sans aucun doute le succès de ce morceau. Un de nos titres préférés d’Axwell.

7. Michael Calfan – Resurrection (2011) 

5

En novembre 2011, cela fait plus de deux mois que le label n’a pas sorti de release. La dernière en date étant ‘Raise Your Hands’ de Danny Freakazoid et Matt Caseli, un morceau passé (presque) inaperçu et dans l’ombre de ‘Heart Is King’, sorti le mois précédent. C’est en tout cas le moment choisi par le boss pour sortir un titre coup de poing avec un son et un style encore jamais entendu. Produit par le français Michael Calfan et “ré-ajusté” par Axwell (le suédois ayant simplement raccourci les drops dans la version d’origine), cette release est une sacrée claque et donne des frissons dans le monde entier, notamment lorsqu’il est joué en mashup avec ‘Together’ lors de cette incroyable intro de l’intégralité des 53 dates ‘One Last Tour’.

6. Ivan Gough & Feenixpawl ft. Georgi Kay – In My Mind (Axwell Mix) (2012)

6

Véritable hit pour lequel Axwell sera nominé aux Grammy Awards dans la catégorie du meilleur remix, il est vrai qu’il est impossible de ne pas mentionner ce mythe. C’est un titre à part qui mérite une place à part dans notre top. En plus de nous avoir fait vibrer, bouger et de nous avoir fait sauter inlassablement dans tous les festivals de l’époque (souvenir d’un incroyable sitdown durant le set d’Axwell à Tomorrowland 2013), ce titre encore playlisté dans le sets de Steve Angello ou du duo Axwell Λ Ingrosso est aussi l’un des rares titres de progressive house d’Axtone connu du grand public.

Ce remix du suédois (faisant totalement oublier l’original) est tout simplement historique pour la plupart des fans du label mais surtout de musique électronique. On défie quiconque se décrivant comme fan du genre de ne pas connaitre les paroles ainsi que la mélodie de ce drop majestueux. ‘In My Mind’ restera pour beaucoup le début d’une magnifique passion pour la musique électronique mais également un de nos titres favoris pour toujours.

5. Discopolis – Committed to Sparkle Motion (DubVision Remix) (2012)

9

Voici un autre morceau qui transportera bon nombre de ses auditeurs. La “petite sœur” de la toute aussi virtuose ‘Sunrise (Won’t Get Lost)’ de Tommy Trash et The Aston Shuffle sortie 5 jours plus tôt fait partie des compositions originales ayant révélé le style et le duo néerlandais de DubVision – la volonté d’Axwell au travers de son label étant, entre autres, de faire découvrir de nouvelles têtes. Également jouée par la Swedish House Mafia lors de leur tournée d’adieu, c’est une chanson qui fera planer et même pleurer le public, comme le racontent DubVision dans leur volet du podcast ‘Axtone Presents’.

4. Axwell – Center Of The Universe (Remode) (2013)

8

La Swedish House Mafia s’est séparée, et l’on attend avec impatience et interrogation la prochaine release d’Axtone. Il s’agit d’un remode aussi groovy que qualitatif doté d’une justesse époustouflante, autre spécialité du label. L’original, qui parait plus tard, est plutôt soft musicalement et plus pop, et en même temps très différent du remode. A l’époque, le suédois aime et aimait fréquemment faire plaisir à ses fans en leur offrant plusieurs versions d’un même morceau. Le plaisir auditif reste en tout cas identique dans l’original avec une mélodie au piano qui rentre instantanément dans la tête. A sa sortie, le titre s’est d’ailleurs immédiatement classé numéro 1 sur iTunes Suède. C’est le premier morceau solo d’Axwell post-One Last Tour.

3. Hook N Sling (ft. Karin Park) – Tokyo By Night (Axwell Remix) (2014) 

11

‘Tokyo By Night’ a été le “vaisseau amiral” d’Axwell pendant une assez longue période. Joué lors du set du natif de Lund à Tomorrowland en 2013, ce remix est sorti avant le morceau original, loin d’être aussi qualitatif que sa reprise. Avec cette release, Axel Hedfors (de son vrai nom) démontre de nouveau sa capacité à produire des hits de progressive house mais également, et surtout, à sublimer une composition relativement faible à l’origine. Il aura fallut attendre un bon moment avant de voir ce petit bijou sortir car Axwell, maniaque dans ses productions, aura teasé maintes et maintes versions durant des mois autour du monde avant de release la version finale. Le résultat est, comme attendu, magique.

2. Axwell & Shapov – Belong (Original, Axwell & Years Remode) (2016)

12

Joué pour la première fois par le duo Axwell Λ Ingrosso à l’Ushuaïa Ibiza en Août 2014, ce titre fait entièrement parti de l’histoire du label. Longtemps imaginé comme un titre d’Hard Rock Sofa, c’est finalement début Août 2016 (2 ans après sa première apparition) qu’Axtone mit un terme au suspense. Le mix entre la mélodique torturée reconnaissable des morceaux de Shapov avec la justesse de production d’Axwell fait de ce titre légendaire une track unique en son genre. Toujours dans un élan de générosité, le suédois a également surpris son monde avec la sortie d’un INCROYABLE remode en compagnie de la révélation progressive house norvégienne, Years. Durant ces mois de disette progressive house de qualité, cette sortie est arrivée comme le messie dans le monde de la musique électronique.

(N’oublions pas également l’excellent remix du très mais pas si mystérieux que ça Aguelando (a.k.a Axwell) sorti quelques semaines après et dont on devrait encore entendre parler dans les mois à venir).

Orignal

Remode

 

1. Pauls Paris (ft. Moses York) – Make Your Mind Up (Axwell & NEW_ID Remode) (2017)

14

Il était impossible de ne pas conclure ce top autrement. Attendu pendant plus de 6 ans par les fans et dont Axwell n’avait laissé échapper qu’un court extrait de la version originale, on peut d’ores et déjà considérer ce morceau comme mythique. En 2011, Axwell prévoyait de le finir pour pouvoir le jouer lors de la saison estivale à Ibiza. Cela lui a visiblement pris plus de temps, mais c’est peu dire que le résultat est réussi tant au niveau auditif que visuel avec le retour ponctuel de Jens Grönberg sur la pochette. C’est une rupture mais surtout un retour aux sources avec cette vibe unique de progressive house à l’ancienne. Accompagné de NEW_ID sur le remode, on reconnait toute l’étendue du talent du néerlandais ainsi que la qualité de finition d’Axwell (notamment sur le jeu de drums).

Pauls Paris, que l’on devrait prochainement revoir sur Axtone, a également sorti la version originale de son morceau ‘Make Your Mind Up’. Les vibes progressive du début des années 2010 se ressentent particulièrement et l’apparition de ce synthé totalement joussif sur le break confirme tout le potentiel du morceau repéré par Axwell à l’époque.

Remode

Original

C’est tout ?

Et bien non ! Cette liste de 10 titres ne résume évidemment pas la totalité du label Axtone et beaucoup d’autres titres auraient pu figurer ou être mentionnés dans ce top comme nous allons le voir ci-dessous.

Axwell ft. Errol Reid – Nothing But Love (2010)

Le simple fait de lire le titre de ce morceau décrochera un sourire chez nombre de fidèles du label. On peut le considérer comme un emblème de la discographie d’Axwell même si celle-ci a énormément évolué. Ce titre envoûtant accompagné du vocal d’Errol Reid a la particularité d’avoir parmi le plus grand nombre de versions différentes (Radio, Extended, Remode, Classic Mix, Axwell vs. Daddy’s Groove Remix, TV Rock Remix), qu’il est assez difficile de départager tant elles se valent dans des interprétations différentes de l’original. Autre particularité du morceau, la présence du boss du label à l’écriture comme à la production de la track.

Dimitri Vegas & Like Mike – Wakanda (2013)

Un titre détonnant dans le catalogue qui avait été assez vivement critiqué à l’époque. Un titre détonnant car produit dans un style 100% « Big Room » et donc pas forcément très orienté Axtone à l’époque. Ce n’est pas la meilleure release du label mais il est vrai qu’elle a réellement marqué les esprits de par son côté tribal-electro assez exclusif sur le label, élément renforcé par sa présence dans le ‘One Last Tour’ de la Swedish House Mafia. Il faut savoir que ce n’est pas la seule release du duo belge sur Axtone qui connaissait déjà depuis plusieurs années Axwell, les trois ayant collaboré auparavant sur un excellent remix de ‘One Look’, initialement produit par David Tort et David Gausa (2011).

Don Diablo & Matt Nash – Starlight (Could You Be Mine) (2013)

Nous vous en avions parlé récemment, ‘Could You Be Mine’ fait incontestablement partie des titres qui ont contribué à faire découvrir Don Diablo sur le marché. Un titre labellisé Axtone dont le remix d’Otto Knows et l’original ont été autant appréciés et joués en festival ou un club. A noter qu’il existe une même version de l’original avec deux vocaux différents.

Adrian Lux – Teenage Crime (2010)

‘Teenage Crime’ ou le secret weapon d’Axwell à l’époque. Ce titre du suédois Adrian Lux, que l’on a revu sur le label quelques années après avec la sublimissime ‘Torn Apart’ est une petite pépite sublimée par l’arrivée d’un remode totalement mythique du boss en compagnie d’un autre swedish Henrik B. Jouée dans de très nombreux sets de la Swedish House Mafia, ‘Teenage Crime’ fut longuement une référence dans le genre.

Hard Rock Sofa & Swanky Tunes – Here We Go & Quasar (2012)

Difficile de ne pas parler d’Axtone sans évoquer le duo Hard Rock Sofa. Composé d’Alexander Shapovalov (a.ka Shapov) et Denis Chepikov, les deux confrères russes se sont malheureusement séparés quelques années après la sortie de ces deux missiles electro house. ‘Here We Go’ et ‘Quasar’ ont longtemps fait partie des tracks les plus jouées en festival et ont rythmé de très nombreuses soirées Axtone/Swedish House Mafia. Ce n’est pas pour rien si le réalisateur de Fast & Furious 6 a choisi ces deux morceaux pour figurer au sein d’une scène importante du film.

 

Vous l’aurez compris, durant toutes ces années, Axtone aura fait rêver une génération d’amoureux de musique électronique avec une pléthore de magnifiques releases aussi marquantes les unes que les autres. ‘To The Sun‘ de Deniz Koyu, ‘Aphrodite‘ de Kryder, ‘Bora‘ de Tom Staar ou encore le classique ‘Feel The Vibe‘ du boss Axwell auraient pu faire parti de cette liste interminable et ne vous seront pas inconnus.

Cependant, ce top permet de retracer l’évolution du style d’Axtone et aussi de se remémorer quelques bons souvenirs. L’histoire va de toute façon continuer puisque l’on attend encore de nombreux morceaux (notamment du frenchy Tom Tyger très prochainement). Une chose est sûre, on est impatients de voir et d’entendre ce que nous réserve le label  pour sa 100ème release qui devrait arriver dans les prochaines semaines et qui devrait marquer une nouvelle fois une page importante de son histoire.

Electron & Ruben