🔴 LIVE : Actuellement en direct sur Twitch pour Le Guettapen avec KUNGS !

Récompenses : Guettapen Awards 2019

La fin de l’année approchant, il est temps pour nous de récompenser les artistes et labels électro qui ont performé durant cette belle année 2019. Les décisions ont toutes été prises par l’ensemble de la team Guettapen, se basant sur l’entièreté de l’année, la qualité des productions, des lives et de la communication. On vous laisse découvrir les gagnants de 2019.


Artiste de l’année : Illenium

Une chose est certaine : 2019 fût incontestablement l’année d’Illenium. Un troisième album (« Ascend »), beaucoup de releases, des collab’ très solides et une tournée américaine remplissant les plus gros zéniths du pays et notamment le célèbre Madinson Square Garden de NYC. Il aura également fallu attendre 2019 pour que le génie de la future bass fasse ses premières apparitions en Europe, pour notre plus grand bonheur. Ceux qui ont déjà eu la chance de pouvoir assister à un live du DJ savent à quel point celui-ci arrive parfaitement à doser moments de pure émotions et bangers totalement agressifs.

La force d’Illenium, c’est sans aucun doute sa capacité à produire de nouveaux morceaux, tous aussi incroyables les uns que les autres, toujours sans aucune fausse note. C’est d’ailleurs durant cette année qu’est sortie, selon nous, une des meilleures releases du DJ, « Takeaway », en collaboration avec le groupe star The Chainsmokers. Durant cette année 2019, Illenium a confirmé son immense talent, démontrant qu’il faisait désormais partie des piliers de la scène bass (mais pas que) internationale.


Artiste francophone de l’année : Jack Back

Le choix a été dur à faire. Mais il s’est assez rapidement porté sur l’alias dark de notre David Guetta national, à savoir Jack Back. Si c’est plutôt en 2018 que les titres de Jack Back ont vu le jour, c’est en 2019 que l’artiste s’est réellement épanoui sur la scène électronique. Récemment, les sets de David Guetta ont radicalement changé pour passer vers des sets beaucoup plus tournés autour des sonorités de son alias. Le set de l’AMF 2019 de David Guetta en est le pur exemple : c’est un set 100% Jack Back. Couplé à cela des superbes remixes qui ont vu le jour comme celui de ‘Baiana’, d’autres lives qui ont également marqué les esprits comme celui en haut de l’Adam Tower durant l’ADE 2019, ou encore l’un des meilleurs Essential Mix de l’année, et vous bouclez une année 2019 plus que solide. Alors oui vous allez nous dire, et DJ Snake, Malaa, Madeon et Mercer alors ? Et bien la prise de risque de David Guetta sous cet alias est récompensée avec l’award du meilleur artiste français de l’année.


Révélation de l’année : Meduza

Encore inconnu en début d’année, le trio italien clôture 2019 avec plus d’un milliard de streams sur “Piece Of Your Heart”. Loin d’être des novices, et fort de 20 ans de carrière dans la musique (sous d’autres noms), Matt, Simon & Luke prouvent qu’il est encore possible de s’imposer sur la scène à vitesse grand V, tout en s’installant dans la durée. Follow up qualitatifs, remixes du même acabit et une tournée de plus d’une cinquantaine de dates, la performance de Meduza relève presque du miracle sur une si courte période! Déjà annoncés comme headliners du nouveau festival SAGA d’Alda l’an prochain, Meduza est effectivement la vraie révélation de cette année !


Meilleur espoir de l’année : ARTBAT

Quelle année pour le duo ukrainien ARTBAT ! Déja forts d’une certaine notoriété sur la scène, tant par leurs pairs que par le public, c’est tout de même en 2019 que le tandem explose littéralement grâce à leur remix pour Monolink de Return To Oz. Un bijou techno de puissance mélodique, repris par tous, et même par David Guetta qui en fait un highlight de ses sets sous Jack Back ! Parallèlement, le duo se distingue via des sorties sur Ruckus ou sur Afterlife, avec la magique Element. Côté sorties, nous avions eu le plaisir d’assister à leur set au FAUST, brûlant dans tous les sens du terme, ou à l’Untold. Ils passent à peu près partout actuellement : filez donc les voir, vous n’en ressortirez pas de marbre.


Meilleur espoir francophone de l’année : Retrovision

Propulsé en tête des charts en 2018 avec Get Down, Retrovision confirme en 2019 son ascension et cumule ainsi plus de 40 millions d’écoutes sur Spotify et atteint la 17ème place du classement 1001 tracklist. En outre, le jeune artiste Future House signe cette année chez Ace Agency, la célèbre agence de booking qui compte notamment dans son roster des artistes comme Don Diablo ou encore Martin Garrix. Sa notoriété qui continue de croître l’amène à jouer partout dans le monde et notamment pour la première fois à Tomorrowland, le weekend 2, sur la scène Hexagon. La team Guettapen félicite donc Retrovision et a le plaisir de lui décerner cette année l’award du meilleur espoir francophone.


Meilleur label de l’année : Anjunabeats

Les labels fondés par Above & Beyond en 2000 et 2005 se portent mieux que jamais. D’un point de vue musique, le label est d’une consistance et d’une grande qualité. Il n’y a quasiment aucun déchet dans le catalogue. Porté par l’aura du trio britannique le label a su cependant donner une belle exposition à ses artistes “résidents”, devenus des valeurs sûrs. Avec la sortie des albums de Tinlicker, Grum, Ben Bohmer, Andrew Bayer, de plusieurs compilation et de releases régulières mais raisonné, on sent que chaque sortie est travaillée avec soin et que le label n’est pas une énième usine à sortir des tracks génériques.

Mais Anjuna ce n’est plus seulement de la musique mais également des tournées. Avec plusieurs soirées estampillés Anjuna à travers le monde, le label se lance dans l’organisation de ses propres festivals avec cet été le “Anjunadeep Explorations” en Albanie pendant 5 jours, le festival continue son développement dans l’événementiel avec, en mars prochain, un festival dédié à Avoriaz “Anjuna Elevations” avec 28 artistes du cru. A une époque où les artistes peuvent se demander pourquoi signer sur un label, les maisons Anjuna répondent à ces questions : travail soigné, exposition accrue, présences sur les tournées du label. Ils ont tout bons !


Meilleur label francophone de l’année : Confession

Désormais bien ancré dans le paysage des labels à la renommée internationale et fort de près de 5 ans d’existence, le label de notre prêtre préféré a une fois de plus donné la messe tout au long de cette année 2019. Avec pas moins d’une soixantaine de releases durant l’année, Confession reste le label francophone le plus constant, autant dans le nombre de ses sorties que dans la qualité de ces dernières. En 2019, il aura vu passer des artistes tels que son ami et binôme du No Redemption tour, Malaa, des jeunes talents tels que GODAMN, Loge21 ou encore Hooders mais aussi l’arrivée d’un autre Frenchy qui commence à pointer à nouveau le bout de son nez dans l’hexagone, j’ai nommé Habstrakt. En bref une année encore bien remplie pour le label de Tchami qui continue d’impressionner.


Meilleur album de l’année : Madeon – Good Faith

6 mois après son annonce officielle, Madeon nous dévoilait “Good Faith”. Album qu’il qualifie lui même d’album de “voyage”, nous invitant à le rejoindre dans celui-ci. Riche de ses nouvelles expériences post-“Adventure”, Madeon nous offre un cocktail de sonorités acoustiques et électroniques, rendant le tout très organique et dégageant une vibe unique. Malgré ses 35 petites minutes, évoquées dans notre review de l’album, le voyage est court mais intense. Un album important de part sa musicalité et le génie de son auteur, Madeon étant passé à un rang de légende de la musique électronique, ses annonces, tracks et albums faisant l’effet d’une bombe dans l’univers de la musique. L’album s’est d’ailleurs hissé en tête des charts américains et le “‘Good Faith Tour”, tournée de promotion de l’album, est déjà un franc succès. Une communication efficace, des singles aux petits oignons et un rendu final à la hauteur des attentes, Hugo nous livre là l’oeuvre la plus belle et sincère de 2019.


Meilleur performance live de l’année : Eric Prydz – Holosphere

Dans notre catégorie Show de L’Année, notre avis s’est porté vers le spectacle le plus impressionnant qu’il nous a été donné de voir cette année à Tomorrowland : Eric Prydz Presents EPIC 6.0 HOLOSPHERE. Immense cage sphérique où du contenu 3D est projeté, le rendu fût tout simplement unique, hors-normes et bluffant. Réalisé par la même équipe responsable des concerts HOLO et EPIC, Eric nous a autant bluffé visuellement qu’auditivement. Malgré un set pré-enregistré, le suédois n’a pas lésiné sur la tracklist associée aux visuels faits par extrêmement talentueux Liam Tomaszewski, véritable cerveau du concert qui a designé tous les visuels. De Warrior à Come Closer, de Nopus à Opus, le concert en 3D est un tournant majeur pour les futurs live, montrant une nouvelle voie à qui suivra l’exemple de HOLOSPHERE.


Les awards par genre musical

Meilleur artiste Prog House/Electro House : Audien

Il est l’heure du bilan, et le moins que l’on puisse dire c’est que 2019 n’aura pas été une année très prolifique pour la Progressive House. Bien au contraire. Les mastodontes et les patrons habituels du genre sont restés assez discret. Nos choix étaient donc plutôt restreints. Axwell s’en sort très bien bien avec 2 excellents remix et un set incroyable à Tomorrowland. Third Party nous a régalé en début d’année avec un fantastique album Progressive House. Enfin Alesso vient de réaliser une très bonne année également avec une mixtape de grande qualité et surtout une qualité revu à la hausse dans ses sets avec notamment de magnifiques mashup.

Puis vint Audien, hauteur d’un album (‘Escapism’) de grande qualité nous rappelant que l’américain essaye également de maintenir la Progressive House en vie malgré l’émergence et l’explosion de nouveaux styles chaque année. Ses lives restent toujours aussi excellents (mention spéciale pour celui de l’EDC Vegas) et ses collaborations très bien choisies. C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé de le récompenser.


Meilleur artiste Tech House : Eli Brown

Quelle année 2019 pour le British ! Eli Brown confirme son statut de poids lourd de la scène tech house UK, avec pas moins de 18 releases à son actif en 12 mois (EP et remixes inclus) sur divers labels (Toolroom, Söla, Repopulate Mars, Black Book Records). Cela constitue une véritable prouesse, tant le producteur n’a pas perdu en qualité au fur et à mesure des sorties. Mieux encore, Eli Brown progresse à chacune de ses sorties. Il touche le jackpot en collaborant avec les Solardo sur l’un des tracks de l’année 2019 : XTC, joué par littéralement tout le monde. Depuis, Eli Brown truste le haut des charts. Et ce n’est pas avec son dernier remix de San Frandisco pour Dom Dolla qu’il en redescendra. La nouvelle décennie apportera, sans doute aucun, la consécration à ce cher Eli !


Meilleur artiste House/Deep House : MK

Marc Kinchen (MK de son nom d’artiste) n’a malheureusement pas la notoriété qu’il devrait avoir en France. Vous connaissez tous ses remix de ‘My Head Is A Jungle’ ou encore de ‘Push The Feeling On’ qui sont de véritables classics, mais sachez que l’américain est une des plus grosses légendes de la musique house (et de la musique électronique de manière général). Du haut de ses 47ans, le producteur de ’17’ n’est décidément pas prêt de s’arrêter. Bien au contraire, il se pourrait que 2019 soit tout simplement une de ses meilleures années depuis le début de sa carrière. Les raisons sont simples : ‘Body 2 Body’, ‘When We Will Talk (remix)’, ‘Don’t Feel Like Crying (remix)’, ‘One Night’, ‘So Hot (remix)’, ‘There For You’…etc bref vous l’aurez compris, MK aura réalisé une année absolument incroyable. Sortir autant de bijoux house sans aucun faux pas est remarquable. En plus d’avoir été omniprésent en studio via une liste pléthorique de releases, le ricain aura également ultra présent dans le monde entier via un nombre de show assez hallucinants sur des stages prestigieuses (Ibiza, mainstage de Creamfields ou encore en Juillet dernier à Tomorrowland).


Meilleur artiste Bass : Delta Heavy

Figures centrales de la scène Bass depuis près d’une décennie maintenant, les Delta Heavy ont tout simplement été incontournables cette année. Idéalement positionné entre la scène Dubstep américaine qui ne finit plus de grossir et une Drum & Bass anglaise retrouvant quant à elle des couleurs au point de redevenir une des potentielles “tendances” de la scène électronique prochainement, le duo composé de Simon James et Ben Hall à fourni une année particulièrement pleine.

On pense évidemment à la sortie de leur second album studio “Only In Dreams” signé sur RAM Records et porté par des collaborations d’exception aux côtés de Zeds Dead, Modestep, Kuuro ou encore Muzzy, un opus très complet qui retranscrit fidèlement l’univers développé par les deux british ces dernières années. Cette proactivité en studio s’est convertie avec un superbe programme 2019 marqué par un B2B aux côtés des Dirtyphonics en closing de l’EDC Las Vegas, mais aussi des passages du côté de Tomorrowland, Bootshaus, Paradiso, Let It Roll mais aussi Dream Nation dans notre capitale cet automne.


Meilleur artiste Trap : Party Favor

Présent sur la scène trap depuis ses débuts, Party Favor est longtemps resté plutôt discret aux yeux du grand public. Si certains de ses titres ou remixes devenaient de gros classiques de festival, sa musique gardait un style trap déjanté assez unidimensionnel qui, bien que très fun, peinait à réellement connecter avec le public. Voilà cependant depuis quelques années que le Californien tente de changer la donne, diversifiant son style et son concept sans pour autant fuir son identité première, et 2019 fut la consécration. Son album “Layers” l’a révélé plus versatile et créatif que jamais, proposant bangers trap, rap, house ou même quelques détours plus émotionnels. Party Favor s’est enfin élevé hors de sa scène de niche et est prêt à rejoindre la cour des grands.


Meilleur artiste Trance : Giuseppe Ottaviani = Andrew Bayer

Après une fabuleuse année chacun dans leur univers, Giuseppe Ottaviani et Andrew Bayer se partagent l’award du meilleur artiste trance de l’année 2019.

Giuseppe Ottaviani

Certains ne comprendrons certainement pas notre choix de ne pas avoir mis Armin van Buuren au vu de la richesse de son année. Mais parce que la Trance ce n’est pas seulement Armin, il nous semblait bon de récompenser l’année de l’artiste italien Giuseppe Ottaviani qui apporte depuis quelques temps, malgré sa déjà belle longévité dans le milieu, un vent de fraicheur sur la scène; Avec ses concepts de live avec machines et claviers, dont il est quasiment le seul à réaliser dans la scène, sa présence efficace et interactive sur les réseaux sociaux, il a réussi à structurer une fanbase désormais importante et fait l’unanimité dans la scène. Ses productions et remixs sont très efficaces et la sortie de son4ème album “Evolver” a été vivement salué par la communauté. Giuseppe est désormais un artiste incontournable de la scène, pas étonnant de le retrouver en clôture de la mainstage d’ASOT 950 à Utrecht en février prochain !

Andrew Bayer

Pourquoi Andrew Bayer en compagnie de Ottaviani ? Déjà pour une production qui aura marqué la scène Trance cette année, l’énorme ‘Magitek’, playlistée toute l’année par les plus grands comme Above & Beyond mais aussi Armin Van Buuren, qui a inclus le morceau dans ses sets sur toutes les Mainstage du monde entier. Mais Andrew Bayer en 2019 c’est aussi un sublime album ‘In My Next Life’ en début d’année ainsi qu’un EP ‘Parallels’ il y a deux mois pour parachever 2019 avec quelques grosses cartouches supplémentaires. Un sans faute de A à Z donc pour l’américain en termes de production, qui sera magnifiquement revenu sur le devant de la scène après quelques temps moins en vue. L’occasion pour lui de rappeler qu’il est l’un des maîtres de la mélodie. Côté show, son année n’est également pas en reste, il se sera en effet illustré sur les plus gros festivals de la planète, de l’EDC Las Vegas à Tomorrowland en passant par l’édition californienne de Dreamstate avant de finir l’année sur une grosse tournée Nord Américaine pour son dernier EP.


Meilleur artiste Techno : Boris Brejcha

L’ascension du DJ/Producteur au masque de venise, Boris Brejcha, est vertigineuse ! Son style unique qualifié de « High-Tech Minimal » fait quasiment l’unanimité où qu’il aille, ce qui lui permet notamment de jouer pour la première fois sur la mainstage de Tomorrowland en 2019. Présent dans quasiment tous les grands festivals et clubs d’europe cette année, il cumule également un album tour avec sa « Fucking Serious » team et annonce que l’album en question devrait sortir début 2020. Fait surprenant, Boris Brejcha est l’un des seuls DJs à ce jour à ne jouer que ses propres titres ! Une valeur sûre à découvrir sans plus attendre, et à qui nous décernons cette année sans hésiter l’award Guettapen du meilleur artiste Techno.


Meilleur artiste Hardstyle : DBSTF

Cru Hardstyle exceptionnel en 2019, choix cornélien, mais nulle doute que DBSTF ont mis les bouchées double cette année ! The Clock, World Renowed, Impaqt Anthem, des sets impeccables et parsemés d’IDs, le duo hollandais s’est imposé et a su tenir la cadence. Dans une scène Hardstyle ou l’Euphoric peine à suivre le raz-de-marée du RAW, DBSTF a su faire l’alliance des deux univers à merveille, laissant à la traine les Headhunterz, Noisecontrollers & consorts… D’autres méritent la palme, mais on récompense l’effort de renouvellement, d’innovation et d’ouverture, preuve d’une véritable envie de produire du Hardstyle de haute voltige sans tomber dans la redondance et la facilité.


Meilleur artiste future bass : Flume

L’Australien a fait son grand retour cette année en amorçant une nouvelle approche de sa musique, décidé à proposer à ses fans un matériel moins sélectif et s’autorisant à gérer ses sorties selon ses envies, sans planning immuable ou fil rouge restrictif. Si sa surprenante mixtape “Hi This Is Flume” a fortement marqué les esprits grâce à ses sonorités plus fun et expérimentales que jamais, les amoureux de son style plus pop issu de Skin ne sont pas laissés en reste, “Let You Know”, la superbe “Rushing Back” ou son EP “Quits” offrant leur dose de bangers pop aigre-doux. Plus actif et créatif que jamais, nous découvrons cette année un Harley décontracté face à son alias et sa réception auprès du public, et dans une industrie qui tend à se lisser par pression de popularité, nous invitons tout artiste à faire de même.


On espère que ces Guettapen Awards 2019 vous ont plu. L’ensemble de la team Guettapen vous souhaite un très bon réveillon, et à l’année prochaine !

La team Guettapen